Usines à chiots : les reconnaître pour mieux les éviter


Encore aujourd’hui, les usines à chiot restent un fléau bien existant au Québec. Avec la hausse des demandes d’adoption d’un animal dans les derniers mois, ces « éleveurs de fonds de cours » vendent de plus en plus d’animaux qui, malheureusement, sont à risque de développer plusieurs problèmes.


La mauvaise reproduction et les conditions de vie déplorables que nous pouvons retrouver dans ces usines à chiots peuvent avoir de graves conséquences sur les chiots engendrés, telles que le développement de problèmes de comportement et de maladies génétiques.




Beaucoup de chiots issus de tels élevages sont mis en vente sur des sites petites annonces à prix exorbitant. Toutefois, il peut être bien difficile de trouver l’intrus dans la panoplie de chiots qui sont offerts.


Des photos de petits chiots adorables sur un coussin rose peuvent par exemple nous inspirer confiance, mais cela est bien souvent une tromperie pour donner une fausse impression d’élevage éthique. Ce qui doit être considéré et faire le fruits de recherches actives par les futurs adoptants, c’est ce qui se passe derrière les caméras.


Pour éviter d’encourager cette industrie cruelle, nous vous conseillons d’éviter de vous procurer un animal par l’entremise de ces plateformes et de rester à l’affût des signes suivants :


  • Il y a plusieurs races de chiens présentes sur place

La plupart des éleveurs se spécialisent dans une race en particulier, ce qui signifie que la présence de plusieurs races ou « croisements » de races chez un éleveur n’est pas quelque chose de répandu. De plus, il faut prendre en considération que faire l’élevage de plusieurs races de chiens rend la gestion beaucoup plus difficile, ce qui pourrait apporter son lot de conséquences sur les chiens.

  • Vous ne pouvez pas rencontrer les parents des chiots

Lorsque vous désirez adopter un chiot chez un éleveur, demandez toujours à rencontrer en personne le père et la mère du chiot en question. Un éleveur éthique sélectionne soigneusement ses chiens reproducteurs dans l’intérêt des adoptants, pour offrir des portées de chiots ayant le physique standard de la race ainsi que le meilleur comportement possible. De plus, l’éleveur ne vous refusera jamais l’accès aux parents.


Ainsi, si on vous refuse l’accès aux parents des chiots pour x raisons, il y a de quoi se poser de sérieuses questions. Au contraire, si on vous donne l’accès aux parents, mais que ceux-ci semblent malades, sales ou présentent des comportements problématiques tels que de l’anxiété ou de la réactivité, il faudra aussi se méfier.

  • Il y a toujours des chiens à vendre

Les chiennes reproductrices d’un élevage éthique n’auront pas plus d’une portée par année et se reproduiront jusqu’à un maximum de 6-7 ans, selon leur état de santé. Un bon éleveur traitera toujours ses chiens avec respect et veillera à ne pas les épuiser.


Les élevages vous proposant plus d’une portée par année par chienne reproductrice est donc un très mauvais signe vous indiquant un manque de considération pour le bien-être des animaux sur place.

  • Les chiots ont moins de 8 semaines

Afin d’éviter les troubles de comportement et de socialisation que pourrait entraîner un sevrage précoce, les chiots devraient en tout temps rester avec leur mère jusqu’à 8 semaines minimum, jamais moins. Un éleveur qui laisse partir ses chiots avant ne respecterait donc pas cette norme bien connue des professionnels du milieu et vous vendrait par la même occasion un animal susceptible de développer d’éventuels problèmes.


  • Les chiots ne sont pas vaccinés et vermifuges

Un éleveur consciencieux s’assurera d’offrir tous les vaccins et soins requis à ses chiots avant de les laisser partir dans leur nouvelle maison. Avant d’adopter, demandez le nom du vétérinaire des chiots et vérifiez s’il existe bel et bien. Demandez également à voir les carnets de santé des parents et des chiots : ce sont les preuves que les animaux ont été examinés et vaccinés par un vétérinaire.

  • Les chiots sont malades ou sales.

Un éleveur éthique s’assurera d’offrir à ses chiots les meilleurs soins vétérinaires possible en cas de maladie et ne laisserait jamais ses animaux dans un tel état. Si vous voyez des chiots maigres, ayant l’air malades ou étant souillés, vous n’avez pas à faire à un élevage éthique soucieux du bien-être de ses chiens.


  • Les vendeurs refusent que vous visitiez les lieux et vous proposent un autre point de rencontre

En vous rendant sur place, vous pourrez évaluer la propreté des lieux et la sécurité des installations. Vous pourrez aussi avoir un aperçu de la manière dont l’éleveur interagit avec ses animaux, ce qui vous donnera une bonne idée di traitement réservé quotidiennement aux animaux. L'interdiction de visiter les lieux doit donc vous alarmer, peu importe la raison qui est donnée.


Au moindre doute ou inquiétude face à de la négligence ou un manque d’éthique de la part de l’élevage, n’hésitez pas à dénoncer ces pratiques au MAPAQ en déposant une plainte.

  • Aucun document ne vous est remis.

Si l’on vous vend un animal « pure race », l’élevage devra absolument vous remettre des papiers qui le confirment (le certificat d’enregistrement au Club Canin canadien). Si aucun papier ne vous est remis, rien de prouve que votre animal est de pure race, même si le physique vous semble correct. Un élevage dans les normes sera inscrit au Club Canin canadien et vous remettra sans aucune hésitation tous les documents que vous lui demanderez.


Qu'en est-il des animaleries?

Si vous décidez de vous diriger vers une animalerie pour l'adoption de votre nouveau compagnon, soyez très sélectif et n'hésitez pas à poser beaucoup de questions. Il n'est pas rare que certaines animaleries vendent des chiots provenant d'usines, ce qui les encouragerait en plus de vous mettre à risque d'adopter un chien à risque de développer certains problèmes.


Plusieurs animaleries, dont celles de Montréal, sont maintenant dans l'obligation de vendre des chiens, chats et lapins provenant de refuges et de clinique vétérinaire. Je vous invite donc fortement à vous diriger vers ces commerces pour donner une deuxième chance à un animal et ne pas encourager les usines à chiots.

--------

Écrit par Mel-Lyna Cadieux


124 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

© 2020 par Magazine Passion animaux

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now