• Passion animaux

Une baleine à bosse surprend les habitants de Montréal

Mis à jour : juin 29


Une baleine à bosse, aussi appelée rorqual à bosse, a semé samedi un élan de curiosité chez les habitants de la ville de Montréal ayant pu l’observer.

Le cétacé, sans doute égaré, a été repéré sous le pont Jacques-Cartier, près du parc d’attractions La Ronde, en début d’après-midi.

Le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins (RQUMM) invite les citoyens à être vigilants et a garder leur distance de la baleine.

Une patrouille de policiers en motomarines était sur place pour s’assurer qu’aucune personne de désobéit à la règle de distance.

Marie-Ève Muller, une porte-parole du Réseau d’intervention d’urgence pour les mammifères marins du Québec, ne peut pas expliquer la venue de la baleine dans les eaux de Montréal ni pourquoi elle s’est autant éloignée de son environnement naturel.

Elle a déclaré que la bête pourrait avoir atteint la fin de son périple le long du fleuve Saint-Laurent.

« Le courant est assez fort. Elle essaie de remonter, mais elle a du mal à lutter contre le courant », a dit Mme Muller, ajoutant que la baleine ne montrait aucun signe de détresse.

« Elle nage librement donc c’est bien, cela signifie qu’elle peut se déplacer selon ses besoins, a-t-elle ajouté. Il est difficile de prédire si elle a atteint le bout de la route et qu’elle vira de bord pour retourner, espérons-le, ses autres amis baleines à bosse à Tadoussac ou à Gaspé. »

Mme Muller mentionne aussi que c’était la première fois que son organisation entendait parler d’une baleine à bosse de cette taille dans les eaux montréalaises. La plupart du temps, c’était de petits rorquals et bélugas qui étaient repérés.

Un bateau de l’organisation de Mme Muller essayait de déterminer l’âge et le sexe de la baleine à bosse. Un adulte de cette espèce peut mesurer entre 13 et 17 mètres de long et peut peser jusqu’à 40 tonnes.

Mardi dernier, le rorqual à bosse a également créé beaucoup de curiosité chez les citoyens de la ville de Québec cette fois, lorsque la bête est passée sous l’un des ponts.

« Ils ne savaient pas que c’était une baleine à bosse, ils étaient donc très confus et excités », a raconté Mme Muller.

L’animal a été ensuite repéré à Sorel, jeudi et à Lanoraie, vendredi.

Mme Muller envisage de multiples hypothèses pour expliquer les raisons de la venue de la baleine vers la région de Montréal.


Le cétacé était peut-être en train de suivre des proies, il peut être aussi désorienté ou bien il pourrait s’agir simplement d’une jeune baleine explorant un nouveau territoire.

Toujours selon elle, les écluses et les rapides empêcheront la baleine d’aller plus loin. La bête pourrait rester dans le secteur pendant encore un certain temps, même si celle-ci vit en temps normal dans les eaux salées.


---------

Écrit par Williams Casavant

Source : La Presse

64 vues

© 2020 par Magazine Passion animaux

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now