Un rhinocéros blanc naît à San Diego, redonnant espoir pour l’espèce

Mis à jour : juin 29



Écrit par Williams Casavant


Conçu par insémination artificielle, le zoo de San Diego a accueilli dimanche dernier la naissance d’un bébé rhinocéros blanc. Une étape vue comme étant historique dans la préservation de cette espèce considérée jusqu’alors d’être en voie de disparition.


Selon un communiqué du zoo de San Diego, le bambin et sa mère, Victoria, sont en bonne santé et se portent merveilleusement bien. De plus, le nouveau- né pourrait bientôt avoir un nouveau compagnon puisqu’un autre bébé rhinocéros, également inséminé artificiellement, devrait voir le jour en automne. Le jeune rhinocéros et sa mère resteront évidemment à l’écart des visiteurs pendant un certain temps.



Après la mort de Sudan, le dernier mâle rhinocéros blanc du Nord, en 2018, le nouveau-né représente maintenant à nouveau un espoir considérable pour la survie de cette espèce dont le sort était presque scellé. Aujourd’hui, Najin et Fatou, deux femelles, sont les dernières représentantes féminines de l’espèce.


Lors de la mort de Sudan, les scientifiques ont prélevé une partie de son matériel génétique pour mettre en point une fécondation in vitro et ensuite implanter le sperme congelé dans une mère rhinocéros blanc d’une autre espèce. Dans ce principe, nous pouvons constater que la survie à la fois des rhinocéros blancs du Nord et du Sud pourrait s’opérer par ce procédé qui permettra aux mères des deux espèces d’êtres porteuses.


Les responsables du zoo californien ont d’ailleurs mentionné que « (d) e nombreux défis se dressent devant nous, mais les chercheurs ont bon espoir de voir naître un bébé rhinocéros blanc du Nord grâce à ce procédé d’ici 10 à 20 ans ».


Désormais estimés à 18 000 individus, leurs cousins, les rhinocéros blancs du Sud, sont également en voie de disparition.


La quasi-extinction des rhinocéros blancs d’Afrique est en grande partie due au braconnage, en raison de leurs cornes ayant des supposées vertus médicinales en Asie. De plus, la réduction de leur habitat naturel en est également la cause.

10 vues

© 2020 par Magazine Passion animaux

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now