• Passion animaux

Un frelon meurtrier géant a été repéré aux États-Unis

Mis à jour : juin 29


Écrit par : Williams Casavant


Un frelon asiatique géant, aussi connu sous le nom de « frelon meurtrier », a été repéré pour la première fois aux États-Unis. Les apiculteurs américains craignent le pire.

En effet, pouvant faire jusqu’à 5 centimètres de longueur, il s’attaque aux ruches des abeilles, les massacrants par milliers en les décapitant avec leur mandibule, dans le seul but de nourrir leurs larves. Par la suite, la ruche maintenant vidée de ses anciens occupés, les prédateurs s’y installent pendant quelques jours pour manger les larves et les cocons que les abeilles ont laissés.

En décembre 2019, deux spécimens avaient été découverts à Washington. Depuis cette découverte qui inquiète, les scientifiques restent à l’affût de techniques pouvant éradiquer l’espèce invasive avant qu’elle ne s’implante pour de bon dans le pays.

Jusqu’à ce jour, on ignore comment le plus gros des frelons a pu se frayer un chemin jusqu’aux États-Unis.

« En général, ce sont des passagers clandestins embarqués involontairement sur quelque chose, comme un conteneur maritime, ou quelqu’un », a déclaré à l’AFP Karla Salp, porte-parole du département de l’Agriculture de l’État de Washington.

Son cousin, le frelon asiatique à pattes jaunes, a, pour sa part, colonisé une partie de l’Europe de l’Ouest, probablement arrivé dans une cargaison de poteries en 2004.

De retour chez nos voisins les Américains où les experts estiment que la population de frelon géant à bel et bien évoluer depuis la découverte des deux spécimens en 2019.

Les entomologistes craignent que si cet individu invasif n’est pas stoppé d’ici les deux prochaines années, il puisse bel et bien s’implanter définitivement, tout comme en Europe de l’Ouest. Avec ces signalements et la pose de pièges, « nous espérons avoir une meilleure idée des zones où ils se trouvent et essayer de les éradiquer », a expliqué Mme Salp.

Au Japon, environ 30 à 50 personnes meurent par année après avoir été piquées par des frelons géants.

La porte-parole du département de l’Agriculture de l’État de Washington tente de rassurer en expliquant qu’« en général, les gens n’ont pas à s’inquiéter. Dès lors que vous ne marchez pas sur un nid ou que vous ne vous approchez pas d’une ruche dont ils ont pris possession, il y a vraiment peu de chances que vous soyez piqué ».

« Cela dit, si vous êtes piqué, leur venin est plus toxique que celui des abeilles ou des guêpes de chez nous, et ils en ont une plus grosse quantité », met-elle en garde.


Source : TVA Nouvelles

34 vues

© 2020 par Magazine Passion animaux

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now