Un curieux petit crustacé

Se sentir chez soi dans la coquille des autres, comme un bernard-l'ermite.

-Jacques Lacarrière-


Qui n'a pas déjà aperçu ce petit animal sans se demander quelle était cette chose ? Un crabe, un homard, une araignée !? Aucune de ces réponses, il s'agit d'un bernard-l'ermite, un bien curieux petit crustacé assez fascinant.


Origines

Le mot bernard-l'ermite vient de l'occitan bernat ermito. Bernat était une déformation du prénom bernard, tellement populaire au XVIe siècle qu'on l'utilisait même pour désigner certains animaux comme le héron (bernat-pescaïre) ou encore la punaise (bernat-pudent). Ermite vient du côté solitaire de l'animal qui passe de refuge en refuge.

Mais qu'est-ce donc ?

C'est un crustacé qui possède cinq paires de pattes dont les deux premières sont des pinces. La grosse sert à grimper et à se défendre alors que la petite sert à grimper et à manger. Les deux et troisièmes paires permettent le déplacement et les dernières paires, très petites, gardent le bernard-l'ermite dans sa coquille. Il a quatre antennes : deux longues et deux courtes. Les longues touchent et évaluent son environnement et les courtes sentent et goûtent la nourriture. Elles ont aussi chacune à leur base une petite vessie urinaire. Il a des branchies de chaque côté de son thorax qui doivent être constamment humidifiés pour bien fonctionner. Attention, le bernard-l'ermite terrestre a de très petites branchies et ne peut rester sous l'eau trop longtemps. Son abdomen est tout mou comme un vers et doit être protégé dans une coquille.


Il existe environ 800 espèces de bernard-l'ermite dans le monde, mais seulement 12 sont semi-terrestres, les autres sont aquatiques. Parmi les semi-terrestres, deux espèces sont considérées comme animal domestique. Le bernard-l'ermite à pinces mauves (Coenobita clypeatus) qu'on retrouve en Floride, aux Caraïbes et aux Bahamas, et le bernard-l'ermite de l'Équateur (Coenobita compressus ) qui se retrouve sur la côte ouest-américaine, en Californie et au Chili.

Coenobita clypeatus

Coenobita compressus

Voleur de propriété ?!

Le bernard-l'ermite peut avoir plusieurs raisons pour vouloir changer d'abri. La mue en est une. Elle lui permet de grandir, donc, après quelque temps, la maison commence à être trop étroite pour la grosseur de son corps et le bernard-l'ermite doit déménager. Il peut vouloir aussi changer juste par caprice ou tout simplement pour jouer. Quand il se lance à la recherche d'une nouvelle demeure, cet ermite investigue plusieurs coquilles abandonnées, soit de nouvelles, soit celles d'autres bernard.


Il peut prendre beaucoup de temps avant de s'arrêter enfin sur un choix et l'essayer. À chaque déménagement, il s'extirpe au complet de sa coquille pour se mettre à nu et il devient donc très vulnérable, exposé ainsi à ses congénères, aux prédateurs, à la sécheresse… ET hop, il se glisse abdomen premier dans sa nouvelle maison. Parfois, souvent même, ce choix ne lui plaît pas et le magasinage recommence. Bien sûr, un bernard-l'ermite domestique est beaucoup moins vulnérable à moins de vivre en colocation. C'est un phénomène très impressionnant pour qui a la chance de l'apercevoir.








Comme plusieurs animaux, le bernard mue

Durant la mue, le bernard ne change pas d'apparence, il ne fait que grandir et graduellement, les bernard-l'ermite peuvent régénérer des parties manquantes ou endommagées de leur anatomie. Durant le processus, le bernard reste dans sa coquille qui le protège de la déshydratation. L'eau contenue dans sa coquille permet aussi à sa nouvelle enveloppe (exosquelette) de s'étirer. Elle devient ensuite rigide. Certains bernard-l'ermite vont s'enfouir dans la terre pour muer et ça peut durer jusqu'à plusieurs mois. Il est donc très important de le laisser tranquille au risque de le blesser. Il réapparaîtra par lui-même.


De quoi a- t-il besoin ?

Ce petit crustacé peut vivre de 6-15 ans en captivité s'il a de bons soins. Les bernard-l'ermite sont grégaires. En nature, ils se retrouvent souvent ensemble. Donc, il est préférable d'adopter au moins deux bernard. Comme il possède des branchies pour respirer, le bernard-l'ermite a besoin d'eau pour ne pas asphyxier. C'est pourquoi il est primordial de souvent humidifier le terrarium et de lui mettre un point d'eau douce en tout temps où il peut entrer et sortir à sa guise. Un point d'eau salée une fois par semaine est profitable. Sa coquille sert d'ailleurs de réservoir pour s'assurer que les branchies ne sèchent jamais. Vaporiser les côtés du terrarium tous les jours et le substrat 2-3 fois semaine est idéal. La chaleur est de mise pour ces animaux, entre 24 et 30 degrés. Ce sont des animaux plus nocturnes donc il n'est pas nécessaire de leur mettre un éclairage. Le bernard-l'ermite aime s'enfouir dans le sol, alors il aimera avoir un terreau d'environ 10 cm d'épaisseur et pour se distraire, il adore grimper. Comme le bernard aime magasiner ses maisons, il est préférable de mettre plusieurs coquilles de différentes grosseurs à sa disposition. Le bernard-l'ermite aime les fruits, les légumes et la nourriture molle. Les os de seiche leur donnent du calcium.








Faits divers :

  • Le syndrome du bernard-l'ermite doit son nom à ce petit crustacé qui vit de grands moments de vulnérabilité au moment de changer de coquille. L'analogie se transpose à l'humain quand celui-ci se retrouve vulnérable face à un changement brutal et que sa compréhension du rapport à l'environnement est changée. Ce syndrome est un trouble émotionnel et cognitif face à des événements et des phénomènes qui force la personne à changer sa perception des choses qui y répond plus ou moins facilement selon ses expériences sociales, son bagage intellectuel, ses croyances et son vécu.


  • Les nombreuses bouteilles en plastique jetées se retrouvent beaucoup sur les plages où se promènent les bernard-l'ermite. C'est une cause très importante de mortalité chez ces animaux. Ceux-ci, curieux de nature, explorent ces bouteilles. Malheureusement, bien souvent, il arrive qu'ils glissent vers le fond sans être capables d'en ressortir à cause de la paroi glissante du plastique. Ils meurent alors de déshydratation.


  • Les bernard-l'ermite en quête de nouvelles coquilles trouvent le plus souvent refuge dans des déchets de plastique car ils sont condamnés à se promener dans les tonnes de déchets qui sillonnent les plages.


---------

Écrit par : Alexie Pageau

Sources :

-Centre hospitalier universitaire vétérinaire : https://chuv.umontreal.ca/le-chuv/hopital-des-animaux-de-compagnie/services-offerts-a-lhopital-des-animaux-de-compagnie/clinique-des-animaux-exotiques/les-bernard-lhermite/

-National Geographic Wild France : https://www.youtube.com/watch?v=UV0hQy9Ccg0&app=desktop

8 vues

© 2020 par Magazine Passion animaux

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now