Naissance rarissime de deux pandas géants en Belgique

Mis à jour : juin 29


Écrit par : Williams Casavant


Vendredi dernier, le parc animalier belge de Pairi Daiza a annoncé dans un communiqué la naissance de deux pandas géants.


À deux heures d’intervalle à peine, c’est un mâle et une femelle qui sont nés dans le parc animalier. Les deux pandas qui sont nommés pour le moment « baby boy » et « baby girl » pèsent respectivement 160 et 150 grammes. La mère des jumeaux avait été inséminée en avril 2019. Avec cette naissance fabuleuse, le parc animalier de Pairi Daiza compte désormais 5 pandas géants.


D’ailleurs, les deux pandas géants sont nés le 8 août, soit le chiffre de la chance dans la culture chinoise.


Les responsables du parc ont annoncé qu’ils vont mettre un des deux petits dans une couveuse et le nourrir également au biberon. Ils ont aussi ajoutés que « [l] ors de naissances gémellaires de pandas géants, rarissimes tant en milieu naturel que parmi les hommes, il est en effet fréquent qu’un des deux bébés décède ».


Ils ont aussi affirmé que les nouveaux nés seront en constante observation, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour veiller à ce que leur santé ne se détériore pas. Pour ne pas stresser la mère et ses petits, ils seront visibles par le public dans un mois seulement.


Prêtée en 2014 pour une durée de 15 ans par la Chine, la mère des deux enfants Hao Hao et son compagnon Xing Hui, deux pandas géants, étaient jusqu’alors l’attraction principale du parc animalier belge.


Deux années plus tard, le 2 juin 2016, un mâle était né. Il avait reçu le nom de Tian Bao signifiant « Trésor du ciel ».


Cette naissance en début août annonce l’espoir de voir se repeupler l’espèce des pandas géants, considérés aujourd’hui comme étant gravement vulnérables.


« À ce jour, onze pandas géants nés en captivité ont déjà été réintroduits en pleine nature. Neuf sont toujours en vie actuellement », selon Pairi Daiza.


La chercheuse belge Jella Wauters s’est vu financer ses travaux par la fondation Pairi Daiza dans le but de « développer un test qui permettra aux scientifiques, partout dans le monde, de différencier notamment les fausses des vraies grossesses de pandas géants ou de prédire la période de chaleur de la femelle panda (quelques semaines avant son début) sur la base de marqueurs hormonaux présents dans l’urine de l’animal ».


À titre informatif, les responsables de Pairi Daiza précisent également que « [l] a période de fertilité d’une femelle panda géant n’a en effet lieu qu’une seule fois par an et ne dure que de un à trois jours. Si, dans ce court laps de temps, une fertilisation a lieu, le reste de la grossesse reste un énorme mystère. La durée précise de la grossesse, les fausses couches et/ou les raisons d’absorption du fœtus par le système reproductif chez la femelle panda géant sont à ce jour encore méconnues ».


C’est donc impératif pour la survie de l’espèce des pandas géants que les recherches de madame Jella Wauters portent ses fruits, d’où cette collaboration merveilleuse.

La Chine a même mentionné vouloir étendre une réserve naturelle d’environ 20 000 kilomètres carrés, dans la province de Gansu, Shaanxi et Sichuan enfin de favoriser et de diversifier les rapports que les pandas vont avoir durant la reproduction. Ceci va donc pouvoir réduire considérable les risques de consanguinité entre ceux-ci et donc faire évoluer plus efficacement l’espèce.

11 vues

© 2020 par Magazine Passion animaux

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now