Location de chiens maintenant possible ; que faut-il penser?

Mis à jour : juin 29

Écrit par : Mel-Lyna Cadieux Walker


Il y a quelques jours, nous pouvions prendre connaissance sur les réseaux sociaux de l’arrivée récente de l’application « Dogtime Community », une compagnie proposant la location de chiens moyennant des frais mensuels de 9,99 $ par mois.

Le concept est simple ; il suffit aux propriétaires de chiens acceptant de faire « louer » leur animal de s’inscrire sur l’application et hop!, il sera maintenant visible pour les utilisateurs. Pour ceux et celles désirant louer un animal, la rubrique comporte plus de 200 chiens à choisir dans la région de Montréal. L’application est toutefois aussi disponible en France et aux États-Unis.


Chaque chien vient avec des photos, une description de sa personnalité, sa disponibilité ainsi qu’une carte d’emplacement. Sur le site internet de Dogtime Community, nous pouvons y lire que « Dogtime Community est un site Web et une application mobile disponible sur l’Apple Store et le Goolge Play Store où vous pouvez trouver des chiens disponibles pour des promenades amusantes dans votre quartier ou sur votre lieu de voyage. »


Malgré le côté unique et innovant de l’application, plusieurs se posent des questions concernant le bien-être de l’animal concerné ainsi que les répercussions des activités sur ceux-ci. Certains internautes n’ont pas raté l’occasion de se révolter, considérant que l’application encourage la société à percevoir les animaux comme une source de profit ou comme étant un bien que nous pouvons louer comme bon nous semble. De plus, quelques individus s’inquiètent grandement concernant les intensions des utilisateurs, ainsi que le stress que certaines activités pourraient causer au chien.


Les critères d’inscription pour un chien sont une absence d’agressivité envers les étrangers, que celui-ci soit à jour dans ses vaccins et soit enregistré légalement. Toutefois, certaines situations peuvent s’avérer stressante et désagréable pour le chien, et ce, qu’il soit gentil ou non. L’importance de respecter les limites de l’animal ainsi que son langage corporel est alors cruciale, et c’est cela qui inquiète de nombreux lecteurs, s’inquiétant pour le bien-être des animaux concernés.


De plus, le simple fait de « louer » un animal tend encore une fois à définir l’animal comme étant un bien, qu’il est possible de louer à profit ou d’emprunter pour une occasion spécial. Rappelons-nous que l’animal est maintenant reconnu dans le Code civil comme étant un « être sensible » et que ceux-ci ne sont plus considérés comme des biens matériels. Cette nouvelle formule, visiblement contradictoire avec le Code civil et sa définition de l’animal, ne manque pas l’occasion de faire parler d’elle.


Il est encore tôt pour déterminer le succès de l’application, mais la communauté ne tardera pas à faire part de son opinion à ce sujet dans les mois à venir.

© 2020 par Magazine Passion animaux

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now