Les secrets du modèle Calgary

Mis à jour : juin 29


Écrit par : Mel-Lyna Cadieux


Dans le domaine animalier, Calgary est un modèle réputé en ce qui concerne le contrôle des animaux. Ces nombreux avantages, dont les faibles taux d’euthanasie qui en découlent, ont incité plusieurs municipalités dans le monde entier à prendre exemple sur Calgary et ses innovations.


Au départ, Bill Bruce, le créateur du modèle Calgary, n’en savait que très peu sur le contrôle des animaux lorsqu’il a pris en charge le département. Maintenant retraité, l’ancien directeur des services aux animaux de la ville de Calgary est reconnu pour avoir créé ce que beaucoup considèrent comme le meilleur modèle de contrôle des animaux au monde.


« Les gens s’intéressent aux raisons pour lesquelles Calgary a un taux d’euthanasie si bas par rapport à d’autres villes », a déclaré Bill Bruce, l’architecte du système de Calgary, dans une interview en 2010.


Mais comment? À quoi ressemble le modèle et surtout, en quoi est-il innovateur?


La première innovation radicale est la collaboration. « Nous avons réuni tout le monde à la table », explique Bill Bruce. « Tout le monde », comprenant des vétérinaires, des organisations portant secours aux animaux, des entraîneurs, des éleveurs de chiens, des amateurs de chats et des comportementalistes certifiés. « Nous avons mis fin aux combats entre les organisations. »


Le programme de contrôle des animaux de Calgary regroupe en son sein quatre organisations principales : Animal Services, la Humane Society of Calgary, la MEOW Foundation et la Animal Rescue Foundation, un groupe d’accueil composé de bénévoles, dont tous les intervenants ont participé à l’élaboration du modèle.


La seconde innovation apportée par Calgary est l’emphase mise sur l’éducation du public. D’une part, nous parlons ici de l’éducation des propriétaires sur les avantages d’opter pour des pratiques responsables autant pour leurs animaux de compagnie que pour leur communauté, une initiative qui a commencé à Calgary bien avant l’instauration des règlements de licence pour animaux. De plus, la ville organise à de multiples reprises des événements et collaborations ayant lieu dans les parcs et autres lieux dans la ville, tout en ayant mis en place un programme scolaire pour sensibiliser les jeunes aux responsabilités liées à l’adoption d’un animal de compagnie. De cette manière, Calgary s’assure de former une communauté sensible au bien-être animal, des plus petits aux plus grands.


La troisième innovation est la création d’un département de services aux animaux rendant accessible au public une multitude de services importants et nécessaires, incluant le retour rapide de l’animal au propriétaire lorsque celui-ci est perdu, la stérilisation, effectuer des soins médicaux d’urgence, etc.


La quatrième innovation est certainement leurs bonnes relations avec les citoyens ainsi que le support qui leur est offert en cas de situations problématiques en lien avec un animal, ce qui leur permet de traiter le plus de problèmes possible dans la communauté tout en empêchant certains animaux de se retrouver dans un refuge.


La cinquième innovation et non la moindre ; une compassion sans limites. Un bon exemple repose dans la formation des pompiers de Calgary, tous formés à la RCP (responsabilité civile professionnelle) pour animaux de compagnie et possédant en tout temps un adaptateur de masque à oxygène de la taille d’un animal domestique avec leur équipement. De plus, si la police de Calgary intervient dans un cas de violence domestique et que la femme doit partir, celle-ci peut amener les animaux de compagnie au refuge de la ville temporairement afin que le personnel trouve un foyer d’accueil pour les animaux, pour mieux les réunir avec la propriétaire lorsque sa situation lui permettra de les reprendre.


Les interventions de la ville afin de sensibiliser à l’adoption responsable des animaux domestiques sont centrées sur la responsabilité de chacun à prendre les mesures suivantes :

  • Obtenir une licence pour son animal et fournir une identification permanente à celui-ci (micropuce, médaille).

  • Faire stériliser ses animaux domestiques.

  • Fournir une éducation, une alimentation appropriée et des soins médicaux à ses animaux domestiques.

  • Ne pas laisser ses animaux domestiques devenir une menace ou une nuisance dans la communauté (pas d’itinérance sans surveillance, aboiements excessifs, etc.)

  • Se procurer son animal de compagnie dans un établissement éthique et crédible.


Bien que ces points peuvent sembler simples et évidents, si tous les propriétaires d’animaux d’une même communauté suivaient ces recommandations et faisaient preuve d’une réelle responsabilité envers leurs animaux, la majorité des problèmes connus par les municipalités en matière d’animaux domestiques seraient résolus. Bruce explique :


« La licence et l’identification permettent de réunir rapidement les animaux perdus avec leurs familles; Les initiatives de stérilisation réduisent considérablement les portées non désirées; s’assurer d’offrir des soins appropriés à son animal produisent des animaux sains et sans danger; et une gestion appropriée empêche les animaux de compagnie de devenir une menace ou une nuisance, ce qui réduit par le fait même les plaintes de la communauté à propos des animaux.»

De plus, voici les principales caractéristiques du modèle de Calgary en ce qui concerne les chats :

  • Licence obligatoire pour les chats sans identification permanente;

  • Tous les animaux adoptés de refuges doivent être stérilisés;

  • Une sensibilisation de la communauté à l’adoption responsable des animaux domestiques, des avantages et de l’importance (pour le chat individuel, la population de chats en général et pour la communauté elle-même) de la conformité;

  • Un programme scolaire pour éduquer les jeunes sur les soins à offrir aux animaux domestiques;

  • Incitation à la conformité au règlement : la « promesse de retour » des animaux perdus (l’obtention d’une licence garantit à votre animal, un retour à la maison en cas de perte), ainsi qu’un programme de récompenses pour les détenteurs de licences (réductions de prix chez les détaillants locaux);

  • Une approche proactive en matière de relations avec la communauté/d’application de la loi; aider les citoyens à résoudre les conflits liés aux animaux;

  • Un programme de stérilisation subventionné pour les résidents à faible revenu;

  • Un plan et un programme de soins des chats sauvages en collaboration avec une organisation à but non lucratif, la Fondation Meow.

En ce qui concerne nos amis canins, eux aussi sont au coeur de plusieurs préoccupations, dont la prévention des morsures. Le problème des morsures, touchant toutes les municipalités de près ou de loin, a malheureusement causé la mise en place de la législation spécifique à la race dans certaines d'entre elles, visant particulièrement les chiens de types Pitbull afin de tenter de résoudre le problème. Toutefois, ce n'est pas le cas de Calgary, qui a adopté une politique de contrôle animalier basée sur la prévention des morsures et la responsabilisation des propriétaires. Après la mise en place de cette politique, la ville de Calgary a connu une réduction de 50 % des cas rapportés de morsures de chien entre 1985 et 2012.


Plusieurs raisons peuvent expliquer pourquoi le modèle Calgary est si apprécié et respecter auprès par les professionnels du domaine animalier. Si plusieurs municipalités prenaient la décision d’appliquer le modèle Calgary, les résultats obtenus seraient sans aucun doute hallucinants et susceptibles de donner un nouveau tournant à la gestion animalière en communauté. Même si pour l’instant, seul Calgary possède un plan d’action aussi complet, les résultats obtenus restent très impressionnants. Voici entre autres quelques statistiques démontrant son succès :

  • Calgary a le taux de conformité le plus élevé au pays en matière de délivrance de permis pour animaux : 90 % pour les chiens et 50 % pour les chats. (La moyenne pour les chats est de 5-10 %.)

  • 47 % des chats arrivés au refuge en 2012 ont été réunis avec leurs propriétaires et 25 % ont été placés dans de nouveaux foyers. (La moyenne nationale pour les chats récupérés dans des refuges est d’environ 5 %.)

  • Plus de 10 000 animaux ont été stérilisés dans le cadre du programme de stérilisation sans frais pour les citoyens à faible revenu entre 2006 et 2016

  • 97 chats errants ont participé à des programmes de soins pour chats sans propriétaire via la Fondation Meow


Pour plus d’informations (en anglais seulement) :

Calgary Responsible Cat Ownership Brochure

Bill Bruce: Building Responsible Pet Ownership Communities

Calgary Animal Bylaw

© 2020 par Magazine Passion animaux

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now