Les chats noirs : Mythes et réalité


Complices des sorcières, œuvre du diable, porteur de malédiction ou mauvais présage ; certains chats sont encore de ce jour victime d’idées préconçues en raison de leur pelage noir. Bien que plusieurs d’entre vous prennent sûrement ces légendes à la légère, la mauvaise réputation des chats noirs semble malheureusement encore avoir des conséquences aujourd’hui.


Les statistiques démontrent que 1/3 des chats dans les refuges sont noirs, et que ceux-ci y demeureraient environ 24 % plus longtemps que les autres à cause qu’ils ne seraient pas adoptés aussi rapidement. Que ce soit volontaire ou non, les chats noirs sont encore très souvent discriminés et pourtant, ils font d’aussi bons compagnons !

Pour y voir plus clair, jetons un coup deuil au fameux mythe sur les chats noirs


Plusieurs versions existent quant à l’origine de ce mythe, mais l’une d’entres elle a été plus historiquement documentée c’est de cette version qu’il sera question ici.


Au premier siècle de notre ère, un poète romain nommé Ovide publie une œuvre portant sur fuite de la déesse Diane. Celle-ci voulait se cacher des dieux et pour y parvenir, elle prit l’apparence d’une chatte pour tromper leurs regards, en référence à la déesse Égyptienne Bastet qui se présente sous la forme d'une femme à tête de chat.


En 375, Théodose 1er interdit toutes les religions païennes, ce qui incluait tous les cultes voués à Bastet. Ce sera alors le début d’une association bien négative à l’égard des chats puisque le poème d’Ovid évoque un lien entre ceux-ci et la déesse Bastet.


Toutefois, ce sera un millénaire plus tard, en 1255, que les chats seront diabolisé et que les préjugés à leur égard seront à leur apogée. Dans son Vox in Rama, le pape Grégoire IX décrit le chat comme étant une oeuvre de Satan, prenant la forme d’une créature mi-humaine et mi-féline. Cet événement marquera le début de la chasse aux chats noirs et de plusieurs années de cruauté envers ceux-ci.


Un peu plus tard à cette époque, il sera commun d'apercevoir des veuves âgées parcourir les rues des grandes villes européennes dans le but de nourrir les milliers de chats errants qui s’y trouvent. Pendant longtemps, ces femmes solitaires et mystérieuses aux yeux de plusieurs seront accusées de sorcellerie par l’église et des milliers d’entre elles seront amenés au bûcher pour finir brulées, aux côtés d’un chat noir, afin de décourager la population d’adhérer à toutes religions païennes.

Après le passage au bûcher, certains habitants disent revoir le chat noir brûlé avec la sorcière près de son domicile, et que cette créature de Satan serait donc revenue des morts.


Alors, qu’en est-il de la réalité ?


Comme vous vous en doutez, il n’y a rien qui relie votre petite panthère de salon à Satan, même si votre chat agit parfois en vrai petit diable! Les chats noirs ont tout simplement été victimes de la succession d’associations trompeuses, ayant laissé d’importantes séquelles à leur image.


Avec l’Halloween qui arrive à grands pas, nombreux sont les accessoires de décoration à l’image d’un chat noir ténébreux, rappelant par la même occasion ces préjugés toujours présents à notre époque. Bien que certains objets associent encore les chats noirs à l’horreur et au satanisme, ceux-ci doivent être pris avec un brin d’humour puisque l’époque de la chasse aux sorcières est loin derrière nous !


Par précaution, nous vous conseillons toutefois fortement de garder votre chat à l’intérieur, qu’il soit noir ou pas, les soirs précédents et suivants l’Halloween puisque ceux-ci pourraient être victimes d’actes de cruauté commis par des individus croyants encore à ce mythe. Même si cela peut sembler exagérer, plusieurs cas de chats chassés et tués à l’approche de l’Halloween ont été rapportés au fil des années, ce qui nous incite à encourager la prévention.


Oh et pour ceux et celles d’entre vous qui cherchent encore une explication pour ces fameux chats revenus du bûcher, ceux-ci étaient tout simplement d’autres chats noirs, tous très semblables, venus près de la maison de la défunte qui avait comme habitude de les nourrir, rien de trop sorcier !


---------

Écrit par Mel-Lyna Cadieux

Sources : Mondou & Réseau Secours Animal

© 2020 par Magazine Passion animaux

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now