• Passion animaux

France : une série de cas de chevaux mutilés


Aux quatre coins de la France, des attaques barbares contre des chevaux se sont multipliées durant les derniers mois. La découverte de juments éventrées et mutilées ainsi que des poneys à l’oreille coupée suscitent l’angoisse et la frustration chez les propriétaires. 

Selon le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, plus d'une trentaine de cas ont été recensés dans plus d'une dizaine de départements français. Il s’est d’ailleurs rendu la semaine dernière dans un centre équestre où une jument a eu l’oreille coupée. 

« Ce sont des actes inqualifiables », a déclaré le ministre, en promettant « la mobilisation de tous les services pour que justice passe ».

Dans la région où le ministre s’est rendu, c’est environ quatre cas qui ont été recensés depuis le début août.

Un jeune poney a également été retrouvé mort le crâne fracassé et le bout du museau tranché au début de la semaine dernière.

« C'est une sauvagerie cruelle qu'on a rarement observée », a déclaré à l'AFP le président de la Fédération française d'équitation, Serge Lecomte, présent lors de la visite du ministre. « Est-ce une secte ? La sauvagerie envers les animaux est le préambule de la sauvagerie envers l'humanité », a-t-il estimé.

Dans la nuit du 24 au 25 août, deux personnes ont été repérées par le président d’un refuge alors que ceux-ci lacéraient des cheveux. Il a d’ailleurs pu dresser un portrait-robot précis de l’un d’eux qui a été diffusé par la gendarmerie. 

La dernière nouvelle de chevaux torturés date de vendredi dernier où une jument a été retrouvée dans un champ, éventrée. 

« Ces faits pourraient être à rapprocher des actes de torture d'équidés » relevés ces dernières semaines en France, a indiqué la gendarmerie de Pertuis dans un communiqué.

Du côté des enquêteurs, ils s’interrogent. 

« Est-ce un challenge lancé sur internet ? Un défi ? La pulsion d'un individu ? Toutes les pistes sont envisagées », indiquait fin juin Bruno Wallart, commandant de la compagnie de Riom, en Auvergne.

Le cheval est « le 3e animal préféré des Français après le chat et le chien, il a une relation historique avec l'homme », soulignait il y a quelques jours Laurent Bègue, professeur de psychologie sociale à Grenoble qui vient de piloter une étude sur les auteurs d'actes de cruauté envers les animaux. « Pour qui voudrait choquer la population, c'est un choix particulièrement judicieux ».


---------

Écrit par Williams Casavant

Source : TVA Nouvelles

14 vues

© 2020 par Magazine Passion animaux

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now