• Passion animaux

Colombie-Britannique : Des otaries auraient été décapitées par des humains



Depuis plusieurs mois, des otaries de Steller se sont récemment échouées, sans tête, sur les côtes de l’île de Vancouver. 

Anna Hall, une zoologiste des mammifères marins de Sea View Marine Sciences, a affirmé être au courant de ce type de cas sur la côte entre Nanaimo et Campbell River, en Colombie-Britannique.

« D'après ce que je peux voir sur les photos, ce sont des otaries de Steller, qui sont une espèce en péril au Canada », explique la spécialiste.

Il faut savoir que les prédateurs naturels de ces otaries sont les orques et les requins. Cependant, madame Hall indique qu'un animal n’est probablement pas la cause de ces décapitations.

« Il semble plus probable qu'elles soient d'origine humaine », affirme-t-elle.

Mais ce n’est pas la première fois que ce phénomène arrive au Canada. En effet, en 2013, quatre otaries décapitées ont été trouvées au même endroit. Une année plus tard, en 2014, c’est maintenant 12 carcasses de phoques qui ont été trouvés, également sans tête, sur les rives du Saint-Laurent au Québec.

Au Canada, en vertu de la Loi sur les pêches et la Loi sur les espèces en péril, les mammifères marins sont protégés. L’espèce d’otarie ayant été découverte sans tête a un statut dit « préoccupant », ce qui veut dire qu’elle risque d’être menacée ou de disparaître. 

Pour la mer des Salish, en Colombie-Britannique, les otaries jouent un rôle essentiel au sein de son écosystème, étant la principale source de nourriture des épaulards. 

« Il est vraiment important de penser à la situation dans son ensemble en termes de récupération de nos eaux locales, car elles ont subi des pressions humaines assez importantes au cours des 200 dernières années », rappelle Anna Hall.

La zoologiste a d’ailleurs communiqué avec le ministère des Pêches et des Océans du Canada (MPO) au sujet des otaries décapitées. 

« Je leur ai demandé de se pencher sur ce problème, car il est très préoccupant. Ce n'est pas nouveau », mentionne-t-elle.

Lundi dernier, le ministère des Pêches et des Océans a indiqué être « au courant » de la situation et a également mentionné avoir constaté une « légère augmentation » des signalements d'otaries mortes s'échouant sur les rives de l'île de Vancouver. Mais, toujours selon le ministère, il s’agirait « d’un phénomène assez courant ».

« En règle générale, les animaux qui sont échoués sont intacts. Cependant, de temps à autre, des individus peuvent s'attaquer aux animaux qui se sont échoués. Ceci contrevient au Code criminel du Canada », écrit-il dans un communiqué.

« La Direction de la conservation et de la protection du MPO est au courant des activités sur les médias sociaux liées aux pinnipèdes et les surveille de près », Ministère des Pêches et des Océans du Canada

Jordan Reichert, le chef adjoint du Parti de la protection des animaux du Canada, souhaite que le MPO effectue des patrouilles maritimes pour attraper et dissuader les potentiels braconniers de chasser les animaux marins protégés. 

---------

Écrit par Williams Casavant

Source : Radio-Canada

34 vues

© 2020 par Magazine Passion animaux

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now