• Passion animaux

Beyrouth : des retrouvailles émouvantes entre les victimes de la double explosion et leurs animaux


Après la double explosion qui a ébranlé Beyrouth le 4 août dernier et ayant fait au moins 171 morts et 6 500 blessés, certains propriétaires d’animaux de compagnie sont maintenant soulagés de les retrouver après les événements traumatisants qu’ils ont traversés. 

Lors du chaos qui a suivi les déflagrations, plusieurs animaux ont disparu, bloqués dans les décombres ou blessés par des éclats de verre. 

C’est le cas de Lucky, un chat retrouvé « coincé à trois mètres sous terre » et ayant survécu pendant une semaine sans eaux et nourritures. Après sa trouvaille, l’ONG de défense des animaux Animal Lebanons l’a rapidement pris en charge et l’animal va maintenant pouvoir jouir d’une vie meilleure auprès de sa propriétaire, Yandi Sfeir qui a « encore l’impression de ressentir les vibrations » précédant l’explosion.

« J’espérais que quelqu’un l’ait trouvé et prenait soin de lui. Mais la joie que j’ai ressentie en le voyant », raconte-t-elle en embrassant son chat. Lucky « m’aidera à me sentir à nouveau en sécurité la nuit et à dormir à nouveau chez moi », espère-t-elle, soulignant que le petit félin sursaute désormais au moindre bruit.

Depuis le drame, plusieurs ONG et associations se sont entraidées pour sauver des animaux en détresse. C’est déjà 80 propriétaires de chiens et de chats qui sont réunis avec ceux-ci. 

« Les animaux ont ce bel effet sur les gens, un effet thérapeutique, et ces personnes sont si heureuses quand elles voient que leur animal est toujours en vie, c’est comme si elles oubliaient qu’elles ont tout perdu », affirme Maggie Shaarawi, vice-présidente de l’association Animals Lebanon.

Tout comme les personnes ayant vécu l’événement, plusieurs animaux sont également traumatisés. 

Le chat Dodo, couché dans l’une des cages de l’association, « était tellement traumatisé qu’après que nous l’ayons trouvé la première fois, il a sauté à nouveau du balcon »,  explique Mme Shaarawi. Blessé à la lèvre, le félin au pelage blanc et roux « ne mange toujours pas, il est très affecté ».

Cette tragédie « a fait ressortir la compassion de chacun pour tous les êtres vivants et c’est quelque chose de vraiment beau, les gens se sont unis sur tant de fronts », dit-elle.

Pour les Libanais ayant presque tout perdu, leur animal de compagnie représente le « dernier lien avec leur maison », estime Kamal Khatib, bénévole avec Animals Lebanon: « C’est une sensation incroyable de voir leurs retrouvailles. »

---------

Écrit par Williams Casavant

Source : MetroTime

26 vues

© 2020 par Magazine Passion animaux

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now