• Passion animaux

Baleine de Montréal : Est-ce que nous aurions pu intervenir ?

Mis à jour : juin 29


Selon Robert Michaud, coordonnateur du Réseau québécois d’urgence pour les mammifères marins, en raison des centaines de kilomètres déjà parcourus par le mammifère marin, les options sur ce qu’il fallait faire étaient assez limitées.

« Le choix qu’on fait, notre préférence, c’est qu’on laisse la nature suivre son cours. Cet animal-là a fait une série de décisions, ou d’erreurs de navigation qui l’ont amenée à Montréal. C’est un phénomène naturel, pas très fréquent, mais régulier. [...] Une fois qu’on a un comportement naturel, notre préférence c’est de laisser aller ce comportement-là. Si l’animal est en voie de disparition, on est prêt à envisager des solutions, ce qui n’est pas le cas ici », assure-t-il.

« L’espèce du rorqual à bosse n’est pas menacée et a connu une augmentation importante au cours des dernières décennies suite aux mesures de conservation mises en place. Elle a presque complètement disparu suite à la chasse intensive. Plus il y a de rorqual dans la nature, plus il y a des chances d’avoir des interactions négatives, ou avoir des individus comme ça qui prennent de drôles de décisions. C’est une espèce de preuve que la population augmente », détaille Stéphane Lair, de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal.

Il est bon de mentionner qu’une des options qui auraient pu être envisagées pour rediriger l’animal était de l’attirer ou de l’effrayer grâce à des sons. Même si cette technique a déjà été utilisée à quelques reprises, elle a connu des succès mitigés.

« On arrive à déplacer l’animal sur de petites distances. Là on avait 450km à parcourir. Il y a aussi des risques. Ça été observé que des animaux d’échouent après avoir été exposés à des sons soudains », mentionne M. Michaud.

La solution idéale selon les experts était de protéger le mieux possible le cétacé, ce qui a d’ailleurs été fait par le travail de Pêches et Océans Canada ainsi que de l’escouade nautique du SPVM pendant 10 jours. 

« On a malheureusement perdu le contact dimanche matin dernier. »

Pendant deux jours, les équipes des deux organisations ont mis beaucoup d’efforts pour la retrouver. Malheureusement, elle a été aperçue mardi matin, échouée proche de la ville de Varennes


---------

Écrit par Williams Casavant

Source : TVA Nouvelles

31 vues

© 2020 par Magazine Passion animaux

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now