• Passion animaux

Angleterre : De nouvelles lois qui satisfont les organismes de défense pour les animaux

Mis à jour : juin 29


Écrit par : Williams Casavant


Le 6 avril dernier, après une longue lutte de la part d’ONG œuvrant pour la protection des animaux, l’Angleterre a mis en place la loi Lucy, visant à interdire la vente d’animaux en animalerie. Dorénavant, les citoyens anglais devront se tourner vers les refuges ou les élevages certifiés par l’État comme étant éthiques pour adopter un animal.

« Aujourd’hui est un grand jour pour le bien-être des animaux. C’est une étape majeure vers la fin de la contrebande et de l’élevage cruel des chiots », a mentionné Lord Goldsmith, ministre du bien-être animal britannique.

La loi Lucy tire son nom d’une chienne sauvé d’une usine à chiot en 2013. Ce chien de race cavalier King Charles a passé la majorité de sa vie dans une petite cage et a été retrouvé totalement couverte de blessures.

Le gouvernement britannique incite d’ailleurs les citoyens à garder un œil sur le vendeur lors des démarches pour adopter un animal. De plus, il encourage les habitants à déclarer tout comportement suspicieux et de regarder si l’éleveur a des notes ou commentaires compromettants sur internet.

Les usines à chiots sont l’élevage intensif et à la chaîne de jeunes chiens jusqu’à l’âge adulte souvent dans des environnements de vie hors du commun dans l’unique but de le revendre sur le web ou dans les animaleries peu encadrer.

De plus, les défenseurs pour les droits des animaux seront aussi ravis de constater que les sanctions pour de la maltraitance animale sont revues à la hausse. En effet, auparavant, l’individu risquait jusqu’à 6 mois de prison pour cas de maltraitance. Aujourd’hui, c’est maintenant passé à 5 ans.

Source : mon chien et moi

© 2020 par Magazine Passion animaux

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now