Élections 2019 - Bien-être animal

Mis à jour : juin 29


Écrit par : Mel-Lyna Cadieux


La prochaine élection fédérale qui se tiendra le 21 octobre 2019 est une bonne opportunité pour les Canadiens et Canadiennes de faire comprendre aux différents partis l’importance d’agir pour le bien-être et la sécurité de tous les animaux.


C’est une occasion en or de poser les bonnes questions aux élu.e.s afin de connaître leurs points de vue sur différents enjeux touchants les animaux, ainsi que ce qu’ils ou elles comptent faire afin de changer les choses.


Durant la dernière année, nous avons eu la chance de connaître plusieurs avancements pour le bien-être des animaux au Canada, entre autres grâce aux lois suivantes :

  • Le projet de loi C-84, qui a permis de moderniser la définition du terme bestialité dans le Code criminel et d’élargir la portée des infractions liées aux combats d’animaux.

  • Le projet de loi C-68, ayant modifié la Loi sur les pêches et interdisant désormais d’importer ou d’exporter des ailerons de requins au Canada.

  • Le projet de loi S-203, ayant servi à modifier le Code criminel afin d’interdire la garde en captivité des baleines et des dauphins au Canada.

  • Ainsi que le projet de loi S-214, ayant passé très près d’interdire la vente des produits cosmétiques testés sur les animaux. Le projet de loi a fait tout le processus législatif jusqu’à la Chambre des communes, mais n’a pas eu la chance d’être adopté avant que la Chambre soit en relâche pour l’été.


En plus du projet de loi S-214 qui sera à remettre sur la table, bien d’autres enjeux nécessitent d’être pris en considération lors des prochaines années, et il est important de savoir si ceux-ci seront une priorité pour le prochain gouvernement au pouvoir.


À l’heure actuelle au Canada, selon la SPCA de Montréal :

  • Les cosmétiques sont encore testés sur des animaux, même si cela n’est absolument pas nécessaire et leur cause une souffrance tout à fait évitable

  • Chaque année, au Canada, 800 millions d’animaux d’élevage sont transportés de la ferme à l’encan et à l’abattoir. Près de deux millions d’entre eux meurent pendant le transport.

  • Les animaux d’élevage peuvent être transportés jusqu’à 72 heures sans être nourris, abreuvés ou bénéficier de période de repos, y compris dans des conditions météorologiques extrêmes.


Il est donc primordial de communiquer avec nos élu.e.s et de prendre le temps de discuter avec eux de ces enjeux pour voir s’ils sont une priorité à leur yeux. Pour vous guider, voici quelques suggestions de questions à leur poser :

  1. Quelles sont les mesures proposées par leur parti pour assurer la protection des animaux au pays? Autant les animaux domestiques que les animaux sauvages et les animaux destinés à la consommation.

  2. Quel est leur opinion sur l'interdiction de certaines races spécifiques ?

  3. S’ils ou elles sont élu.e.s, s’engagent-ils ou elles à remettre sur la table le projet de loi S-214, qui vise à interdire la vente de cosmétiques testés sur les animaux ?

  4. Est-ce que leur parti s’engagerait à encourager les Canadiennes et Canadiens à réduire leur consommation de viande (comme le suggère le nouveau guide alimentaire canadien), autant pour des raisons environnementales que pour les animaux ?

  5. Est-ce que leur parti prévoit des mesures pour revoir les conditions de transport des animaux destinés à la consommation, afin de réduire significativement la souffrance et l’anxiété des animaux ?

  6. Quelle est la vision de leur parti au sujet de l’utilisation des animaux pour le divertissement (calèches, zoo, rodéos, etc.) ?

  7. Est-ce que leur parti s’engagerait à apporter un soutien financier aux refuges et aux sanctuaires pour animaux canadiens ?

  8. Est-ce que leur parti compte modifier la Loi sur le bien-être et la sécurité de l'animal (BÊSA) afin d’y inclure les animaux exotiques (exemple : les perroquets), pour qu’ils bénéficient de la même protection que les autres êtres animaux de compagnie, tels que les chiens et les chats ?

  9. Quelle législation leur parti a-t-il introduit ou soutenu pour promouvoir le bien-être des animaux ?

  10. Sachant que le Canada est l'un des rares pays occidentaux à ne pas avoir de loi fédérale sur la protection des animaux, seraient-ils ou elles favorables à cette législation?

  11. Considérant qu'aucune loi fédérale ne traite du bien-être des animaux dans les fermes, est-ce que la plateforme de leur parti propose des améliorations pour le bien-être des animaux d'élevage ?


J'ai la profonde conviction que c'est en unissant nos forces que nous parviendrons à faire du Canada un pays plus éthique et responsable face au sort de ses animaux. N'hésitez donc surtout pas à parler au nom des animaux et de poser des questions, c'est ce qui prouvera aux partis que le bien-être animal est un enjeux important pour les Canadiens et Canadiennes!


Je vous invite à suivre mes collègues de divers organismes étant aussi actifs pour la défense des animaux en politique :


Vous obtenez des réponses intéressantes de vos élu.e.s concernant leurs intentions en matière de bien-être animal? Écrivez-nous pour nous tenir au courant!


© 2020 par Magazine Passion animaux

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now